Pour naviguer le long des côtes d'Anticosti, il fallait être parfois béni des Dieux. On décompte plus de 600 naufrages à travers les siècles. S'ils échouaient tard l'automne, les naufragés étaient soumis à un hiver sans pitié. On parle même de cannibalisme dans certains récits.